NON aux ZFE et au stationnement payant

Manifestation contre le stationnement payant pour les 2 roues motorisés à Paris

Non aux interdictions de circuler dans les Zones à Faible Émission

Dimanche 26 juin 14h Porte Dauphine

1er septembre 2022 : tarification pour les deux-roues motorisés

Les deux-roues motorisés (2RM) paieront une redevance lorsqu’ils stationnent sur la voie publique, dans les emplacements dédiés au stationnement 2RM ou dans la bande de stationnement payant. Le tarif de cette redevance correspond à la moitié de celle payée par les véhicules légers.

Publié dans Actualités, Transports Urbanisme | Commentaires fermés sur NON aux ZFE et au stationnement payant

Jean-Luc Mélenchon, 1er ministre ?

C’est une des premières promesses des candidats de la NUPES. Le candidat de la NUPES à Bagneux, Malakoff, Montrouge écrit qu’en votant pour lui ”nous nous donnons la possibilité d’avoir Jean-Luc Mélenchon comme Premier ministre“. Mais qui est Jean-Luc Mélenchon ? Ferait-il un bon premier ministre ? Lisons ou regardons quelques-unes de ses déclarations passées ou récentes pour (re)découvrir le personnage.

Mépris pour un jeune journaliste

Interrogé sur la situation des prostituées par un jeune journaliste, Jean-Luc Mélenchon lui répond qu’il n’est pas digne de lui de parler de ce sujet et enjoint le journaliste de fermer ”sa petite bouche“. (30 mars 2010)

« Condamnation du régime nazi » en Ukraine

En 2016, il est député européen. Le parlement européen vote pour l’approbation d’une coopération judiciaire avec l’Ukraine. Que dit Jean-Luc Mélenchon ? Pour lui : ”Tout est bon à renforcer un jeu anti-Russie inepte, y compris avec un pays dont le système judiciaire est particulièrement faillible, corrompu et au service d’une oligarchie bien installée appuyée par des néo-nazis “. Du Poutine dans le texte. Il vote contre la coopération judiciaire.

Toujours en 2016, le parlement européen vote sur une délibération présentée par la gauche sur la situation des droits de l’homme en Crimée à la suite de l’annexion de cette région de l’Ukraine par la Russie. Que dit Jean-Luc Mélenchon ? Que les droits des Tatars sont reconnus en Russie, à preuve il existe une république du Tatarstan. Certes, mais apparemment, il lui échappe que le Tatarstan n’est pas la Crimée. Jean-Luc Mélenchon ajoute qu’il ” proteste contre les tentatives de blocus électrique de la Crimée de la part du gouvernement néo-nazi de Kiev au cœur de l’hiver. Je vote contre “. Poutine a trouvé un porte-parole.

Mépris pour les journalistes

Ne comprenant pas la question d’une journaliste, ou ne voulant pas y répondre, Jean-Luc Mélenchon se moque de son accent du sud et demande si ”quelqu’un à une question en Français“ ? (7 octobre 2018) Comment qualifier cette attitude ? On imagine les réactions de certaines camarades de Jean-Luc Mélenchon, par exemple Clémentine Autain ou Sandrine Rousseau, si un autre candidat à la présidentielle avait proféré une telle ”énormité“ ?

Fachos, pas fâchés

Un lapsus ou l’inconscient qui prend le pouvoir sur l’esprit de Jean-Luc Mélenchon ? ”S’il y a des fachos qui ne sont pas trop fâchés, mieux vaut qu’ils votent pour nous “ déclare-t-il au 20h de France 2 le 11 juin 2022.

Les résultats des élections

Lors de son meeting du second tour des législatives, Jean-Luc Mélenchon dénonce ”le bidouillage des résultats par Monsieur Darmanin“ (Meeting du 14 juin 2022 à 19′). C’est exactement comme cela que Trump a commencé à dénoncer les résultats de l’élection présidentielle américaine. Puis Mélenchon dénonce ensuite le discours qu’Emmanuel Macron a tenu le matin-même sur l’aéroport de Roissy comme un ”sketch“ à la mode Trump. Jean-Luc Mélenchon espère que Macron ”ne prendra pas toutes les mauvaises habitudes de M. Trump, y compris face à un mauvais score électoral“. Jean-Luc Mélenchon ne fait pas que du Poutine, il fait aussi du Trump.

Meeting de Jean-Luc Mélenchon 14 juin 2022 à Toulouse

La République, c’est moi

Enfin, chacun comprend que les responsabilités d’un premier ministre sont grandes, importantes, qu’elles peuvent mettre la vie de nombreuses personnes en jeu et qu’il est donc essentiel qu’il garde son sang-froid.

Jean-Luc Mélenchon a fait, au contraire, la preuve de son incapacité à se maîtriser lors de la perquisition de ses locaux (16 octobre 2018) par la police sur demande de la justice. Après avoir tout fait pour s’opposer cette action de justice, il s’écrie, hors de lui, ”La République, c’est moi“ (16 octobre 2018). Un député, ce qu’il était à l’époque, un prétendant aux fonctions de président de la République, puis de premier ministre, doit montrer l’exemple. Il fait tout le contraire : il cherche à provoquer physiquement un incident avec les policiers. Le résultat est sa condamnation à 3 mois de prison avec sursis pour intimidation et rébellion par le tribunal de Bobigny le 9 décembre 2019. Le tribunal a complété la peine par une amende de 8000 euros et le versement de plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts aux policiers et magistrats (Le parisien 9 décembre 2019).

Jean-Luc Mélenchon, futur premier ministre ? C’est un motif suffisant pour ne pas voter pour un candidat de la NUPES.

Publié dans Actualités, Législatives 2022 | Commentaires fermés sur Jean-Luc Mélenchon, 1er ministre ?

La NUPES et son programme

Les candidats de la NUPES affichent fièrement certaines propositions de leur programme, qui est une copie quasi-conforme de celui des Insoumis.

Discrétion sur le financement

Parmi les principales mesures, ils annoncent la hausse du SMIC, la retraite à 60 ans – rappelons que plus de la moitié des jeunes ne rentrent dans un emploi stable qu’à partir de 27 ans, ils ne pourront donc prendre leur retraite qu’à 67 ans -, la planification écologique, une allocation d’autonomie jeune de 1000 € par mois, etc. etc.

Ils sont en revanche beaucoup plus discrets sur le montant total des dépenses de leur programme, sur son financement et sur l’avalanche d’impôts qui tomberont sur les Français (voir le site du candidat Insoumis de la 11ème circonscription des Hauts-de-Seine).

Un pur mensonge

Le financement est cependant abordé par les principaux responsables de la NUPES.

Honneur au futur Premier Ministre, Jean-Luc Mélenchon qui, lors de sa conférence de presse du 7 juin (11 mn et suivantes) déclare que « son projet est passé dans la matrice économique de la Banque de France (sous-entendu, nous avons l’approbation de la BF sur nos comptes). Pur mensonge.

Le Gouverneur de la Banque de France a d’ailleurs déclaré sur BFM Business (9 juin) à la suite de cette conférence de presse que « La Banque de France n’a évidemment pas chiffré, et encore moins validé, aucun programme des candidats ».

Ce démenti n’a pas empêché Adrien Quatennens, député Insoumis, d’affirmer le 14 juin sur « C à vous » ( 13’22 et suivantes),  « On a donné notre programme à la Banque de France » (sous-entendu, nous avons l’approbation de la BF sur nos comptes). Pur mensonge. Les journalistes lui ayant rappelé la déclaration du Gouverneur de la Banque de France, il a changé de sujet.

Les Insoumis soumettent l’Europe !

Mais il y a encore plus fort. La semaine précédente, Aurélie Trouvé, présidente du « parlement » de la NUPES et économiste, indique que les dépenses du programme se montent à 250 milliards (LCP le 7 juin 21 mn et suivantes). Mais, miracle, ces dépenses permettent de créer 262 milliards de rentrées dans le budget de l’État.  Comment ? c’est plus confus, avec un mélange de vraies recettes, de vœux pieux et de chiffrages bidons (comme la lutte contre la fraude). Mais un peu plus tard, (à 30 mn et suivantes), devant les doutes soulevés par le financement du programme, Aurélie Trouvé donne l’argument ultime. En résumé, la dette publique de la France est détenue par la Banque Centrale Européenne (BCE). S’il y a une crise de la dette publique française – c’est à dire l’incapacité de rembourser – c’est la BCE qui l’aura provoquée ce qu’elle ne fera pas car cela créerait un énorme risque systémique (en clair, l’explosion de la zone euro et de l’Union européenne). Terrible aveu qui montre que le programme de la NUPES repose sur un chantage vis-à-vis des 26 autres membres de l’Union européenne.

La désobéissance vis-à-vis des règles européennes conduirait soit à ce que nos 26 partenaires Européens, subjugués par le charisme de Jean-Luc Mélenchon, cèdent à la France, soit à ce que la France se retire de l’Union avec toutes les conséquences.

Qui peut croire un instant que l’Europe cédera ? Et quelle est cette conception de l’Union Europénne qui veut faire céder nos partenaires par le chantage ?

L’Union européenne, c’est un projet commun, partagé, fruit de compromis qui n’humilie pas, qui n’écrase pas, qui ne fait pas chanter ses membres.

Il paraît plus simple de ne pas voter pour les candidats de la NUPES.

A Montrouge, je vote à nouveau pour Laurianne Rossi.

Publié dans Actualités, Législatives 2022 | Commentaires fermés sur La NUPES et son programme

Pourquoi je vote Laurianne Rossi

J’ai voté à l’élection présidentielle pour Emanuel Macron parce qu’il était le seul candidat ayant les compétences pour présider la France dans une période très dangereuse internationalement. Il l’a prouvé par son action au sein de l’Union européenne et en faveur de l’Ukraine.

Depuis, le refus de Jean-Luc Mélenchon de répondre clairement pour dire ce qu’il ferait vis–à-vis de l’Ukraine et de la Russie, son appel à la désobéissance contre les règles de l’Union européenne ont confirmé son incapacité à gouverner notre pays comme président ou comme premier ministre. Dans le monde, Poutine, Trump, en France l’extrême-droite, Jean-Luc Mélenchon… cherchent le démantèlement de l’Union européenne. Ne les aidons pas.

Le président de la république doit disposer d’une majorité parlementaire pour assumer son action européenne et internationale.

L’appartenance d’un(e) député(e) à une majorité ne suffit pas. Il faut aussi que l‘élu(e) ait des convictions et des compétences. J’ai connu cinq députés de notre circonscription : Henri Ginoux (CNI), Philippe Bassinet (PS), Janine Jambu (PC), Marie-Hélène Amiable (PC), Julie Sommaruga (PS), Laurianne Rossi (LERM). Je connais le travail d’un député, ayant été assistant parlementaire de Philippe Bassinet dont j’ai pu apprécier les grandes qualités. Bien que n’étant pas de leur parti, j’ai aussi pu apprécier le travail parlementaire et dans la circonscription de Janine Jambu et de Marie-Hélène Amiable.

J’ai retrouvé les mêmes qualités d’engagement et de compétences chez Laurianne Rossi dont j’ai pu constater le travail à l’Assemblée nationale, sa présence dans notre circonscription aux cotés de nos concitoyens et des associations locales.

Plus que cela, Laurianne Rossi dispose de qualités trop rares en politique : l’honnêteté et le respect de la parole donnée.

Ma voix ira donc sans hésitation à Laurianne Rossi.

J’ai dit et écrit que mon soutien à l’action internationale d’Emmanuel Macron ne valait pas soutien à son programme économique et social. A l’issue du premier tour, le président avait affirmé avoir entendu les électeurs qui s’étaient prononcés pour lui sans approuver son programme. J’attends qu’il se souvienne de cette déclaration et agisse en conséquence.

J’attends aussi de Laurianne Rossi qu’elle n’oublie pas que la majorité obtenue par Emmanuel Macron ne reflétait pas une adhésion majoritaire à son projet.

Wilfrid VINCENT

Ancien conseiller général de Montrouge

Ancien président des élus socialistes de Montrouge

Ancien président des élus de gauche à Montrouge

Publié dans Actualités, Législatives 2022 | Commentaires fermés sur Pourquoi je vote Laurianne Rossi

John McLaughlin à Boulogne

John McLaughlin and the 4th dimension était à la Seine musicale lundi 25 mai 2022.

McLaughlin et les trois musiciens qui l’accompagnent sont au mieux de leur forme. McLaughlin n’a rien perdu de sa virtuosité pour un concert très fusion qui s’ouvre sur un morceau composé pendant le confinement « Lockdown blues ». Les morceaux se succèdent en alternant le blues rock et la fusion qui survolent sa longue carrière.

J’ai remarqué ces deux enfants, qui doivent avoir entre 7 et 10 ans, et qui ont suivi le concert avec manifestement beaucoup d’intérêt. Le gout pour le jazz-fusion est rare à cet âge.

McLaughlin annonce aussi le cinquantenaire de Shakti l’année prochaine. Une nouvelle tournée en perspective.

La salle « l’auditorium Patrick Devedjian » où avait lieu le concert offre une acoustique exceptionnelle.

Publié dans Actualités, Musique | Commentaires fermés sur John McLaughlin à Boulogne

Monsieur le “Premier ministre”

Jean-Luc Mélenchon veut être 1er ministre. C’est la moindre des choses pour celui qui déclarait « La République, c’est moi ».

En menant campagne pour le 3ème tour de l’élection présidentielle, il nous montre qu’il n’a pas lu la constitution. La présidentielle est terminée et un président, légitime contrairement au jugement de « l’insoumis », il est légitime.

Des élections législatives

Les élections qui s’annoncent sont bien des législatives pour élire 577 députés. Le rôle des députés est de voter la loi, de contrôler l’action du Gouvernement et d’évaluer les politiques publiques. A l’issue des 2 tours, nous verrons bien qu’elle majorité les Français auront choisi.

En attendant, Jean-Luc Mélenchon mène campagne et ne cesse de proférer des contre-vérités, voire de purs mensonges.

La communauté politique européenne et l’OSCE

Dernier exemple en date, Jean-Luc Mélenchon était interrogé sur France 3, ce dimanche 15 mai, dans l’émission « Dimanche en politique » (7’27’’) sur le projet de création d’une communauté politique européenne présenté par Emmanuel Macron, le 9 mai devant le Parlement Européen. Cette communauté aurait pour objet d’offrir aux pays, comme l’Ukraine, qui souhaitent rejoindre l’Union européenne – ce qui peut prendre 10 ans – une forme de coopération avec l’Union rapidement mise en œuvre.

La réponse de Jean-Luc Mélenchon est hallucinante : « Ça existe déjà, la chose qu’il se propose de faire ça existe déjà, ça s’appelle l’Organisation de Sécurité et de Coopération Européenne (OSCE). Il y a tout le monde dedans, inclus les Russes » à (8’00’’).

Quelle tromperie. L’OSCE n’a rien à voir avec l’Union européenne. C’est une organisation internationale créée en 1995 pour promouvoir la sécurité en Europe dans l’esprit de la détente entre les puissances nucléaires.  Parmi ses membres, il y a les Etats-Unis et la Fédération de Russie. L’OSCE n’a donc vraiment rien à voir avec l’Union européenne. Ou Jean-Luc Mélenchon le sait et il trompe les téléspectateurs avec sa réponse, ou il ne le sait pas ce qui est inconcevable pour un homme qui aspirait à devenir président et maintenant 1er ministre.

La retraite à 60 ans

Selon Jean-Luc Mélenchon, si vous votez pour la Nouvelle Union Populaire écologique et sociale (NUPES), vous aurez la retraite à 60 ans.

Il suffit de regarder le programme de Mélenchon et de la NUPES pour constater qu’il y a un 2ème critère pour percevoir une retraite complète, à savoir 40 années de cotisation. Conclusion, pour tous ceux qui entreront dans la vie active après des études (avec éventuellement 1 ou 2 ans d’interruption pour travailler et financer les études) soit vers 23 à 25 ans, ils ne prendront leur retraite que vers 63 ou 65 ans. L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques) considère que l’âge d’entré dans une vie professionnelle stable se situe autour de 27 ans, soit un départ à la retraite autour de 67 ans. Jean-Luc Mélenchon le sait mais le cache soigneusement.

Le soutien à l’Ukraine

Le soutien à l’Ukraine et les livraisons d’armes font l’objet d’un consensus assez fort en Europe, même l’Allemagne et la Finlande fournissent des armes. Durant la campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon avait clairement indiqué qu’il était contre ces livraisons (« Or je regrette que l’Union européenne ait décidé de « fournir des armements nécessaires à une guerre » – Déclaration à l’Assemblée nationale le 1er mars 2022). Mais, depuis, il refuse de répondre quand la question lui est posée. La raison est simple : les Insoumis ont signé des accords pour les législatives avec EELV et avec le PS. Ces deux partis se sont clairement prononcés pour les livraisons d’armes et ont déclaré qu’ils ne signeraient aucun accord qui annoncerait la fin des livraisons.

Aujourd’hui, les électeurs Français ne peuvent pas savoir ce que ferait Jean-Luc Mélenchon s’il devenait 1er ministre. C’est pourtant, pour beaucoup, un motif majeur de leur vote.  Une fois de plus, Jean-Luc Mélenchon ment, même si c’est par omission.La première chose qu’un responsable politique doit aux Français, c’est l’honnêteté. C’est la première condition pour que les électeurs puissent faire des choix éclairés. C’est la première condition pour qu’une élection soit un temps fort de la démocratie et non pas un concours de démagogie. Avec Jean-Luc Mélenchon nous sommes loin du compte

Publié dans Actualités, Législatives 2022 | Commentaires fermés sur Monsieur le “Premier ministre”

Olivier Faure va où le vent le porte

La candidate socialiste obtient 1,7% des voix à l’élection présidentielle. Conséquence quasi-immédiate, le PS se met sous la coupe des Insoumis. Mais quelle stratégie se cache derrière cette soumission ?

Pour les élections européennes de mai 2019, Olivier Faure engage le Parti socialiste derrière « Place publique ». La tête de liste n’est pas socialiste.

Après les municipales de mars-juin 2020, et devant le très bon résultat des Verts (Europe-Écologie Les Verts), Olivier Faure proposet que pour la future élection présidentielle, le PS soutienne le candidat Vert.

Arrivent les élections régionales de juin 2021. Les présidents socialistes de région qui se représentaient sont réélus ce qui entraine Olivier Faure à changer d’orientation. Il plaide maintenant pour une candidature PS à la présidentielle qui s’approche. Exit donc le soutien à un candidat EE-LV et vive Anne Hidalgo.

Le résultat est connu : un échec historique. Dès l’annonce de sa candidature, les intentions de vote ne cessent de baisser pour Anne Hidalgo.

L’échec de cette nouvelle stratégie conduit maintenant Olivier Faure, qui entraine le PS, à se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis avec tous les abandons que cela suppose.

Et pour faire passer cet accord, difficile à accepter pour nombre d’électeurs et de militants socialistes, Olivier Faure n’hésite pas à condamner très sévèrement le bilan de la présidence de François Hollande.

J’ai fait partie des militants socialistes qui au sortir des 5 ans de la présidence Hollande demandaient d’analyser le bilan de cette mandature. Il était urgent que le PS s’interroge sur la faillite d’un quinquennat qui nous avait conduits à tout perdre et surtout la confiance des électeurs. A l’époque, et jusqu’à récemment, la réponse de la direction socialiste était négative au motif d’abord qu’une telle analyse diviserait les socialistes, puis qu’elle n’était plus d’actualité, presque de l’histoire ancienne.

Depuis, tout a changé, Olivier Faure nous explique tout le mal qu’à fait François Hollande : loi Macron (Août 2015), Loi El Khomri sur le travail (Août 2016). Olivier Faure oublie de nous dire que, comme député, il a voté ces lois, comme toutes les lois soumises au vote du Parlement par les gouvernements de François Hollande. Il a ainsi voté les 20 milliards/an du CICE, cadeau fiscal aux entreprises sans aucune contrepartie.

Sa récente condamnation de la présidence Hollande ne doit pas nous faire oublier qu’il a tout soutenu, tout justifié au point de prendre la présidence du groupe des députés socialistes en décembre 2016 jusqu’à la fin du mandat Hollande.

Difficile donc de comprendre quelle est la ligne politique d’Olivier Faure si ce n’est qu’il va où le vent le porte. En tout cas, le résultat de ces errements politiques est connu, 1,7%.

Publié dans Actualités, Législatives 2022 | Commentaires fermés sur Olivier Faure va où le vent le porte

Un bulletin : Emmanuel Macron

Au premier tour de l’élection présidentielle, j’ai choisi de voter pour Emmanuel Macron pour une seule raison. Des 12 candidats, il était le seul à pouvoir présider la France dans le désordre international né de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au mois de mars, Poutine faisait peser sur l’Europe la menace du feu nucléaire. Le dictateur russe nous menace à nouveau en procédant à un essai de missile. Il menace également de positionner des missiles nucléaires face aux pays nordiques si ceux-ci rejoignent l’OTAN, ce qui ne changerait de fait rien aux … actuelles capacités de destruction des armes nucléaires russes, ni en plus ni en moins.

En revanche, les menaces nucléaires récurrentes de Poutine banalisent le risque d’emploi de telles armes à titre tactique ou stratégique. N’oublions pas qu’avant l’invasion de l’Ukraine, la plupart des observateurs européens ne croyaient pas aux menaces de guerre de Poutine… et pourtant.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron est le seul, au second tour comme au premier, à avoir les qualités pour exercer les fonctions de président.

Mon vote pour le premier tour n’était pas aveugle. Il n’était en aucun cas une approbation de son programme économique et social. C’était déjà le cas en 2017 alors que beaucoup d’électeurs de gauche avaient voté Macron uniquement pour faire barrage à Le Pen. Par la suite, Emmanuel Macron avait justifié l’application sans concession de son programme en arguant qu’il avait été approuvé avec 66% des voix.

Au soir du premier tour, j’ai entendu avec satisfaction Emmanuel Macron dire qu’il avait compris que nombre d’électeurs se portaient sur sa candidature sans approuver son programme et que cela lui donnait des obligations. Espérons, qu’une fois élu, s’il est élu, il s’en souviendra.

Certaines questions sont particulièrement sensibles comme l’âge de la retraite, le traitement des enseignants, le pouvoir d’achat, le RSA, etc.

Pour la retraite, une lecture rapide des programmes des 2 candidats donne un « avantage » à Le Pen avec une retraite à 62 ans avec 42 annuités de cotisations à partir du premier remploi significatif (60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans). Ceci signifie que tous ceux qui font des études longues partiront en fait à la retraite entre 65 et 67 ans, au mieux. Une véritable supercherie.

Beaucoup d’électeurs de Mélenchon demande à Macron de s’aligner sur le programme des insoumis pour une retraite à 60 ans avec 40 annuités. Le problème est le même pour ceux qui ont fait des études longues. Avec par exemple une entrée dans la vie active, les 40 ans de cotisations mènent à une retraite de 63 ans. Là aussi, supercherie.

Le projet d’Emmanuel Macron d’une retraite à 65 ans, peut-être ramenée à 64 ans, laisse beaucoup de flou. Combien d’annuités ? Que faire pour ceux qui sont au chômage plusieurs années avant la retraite ? Que faire pour ceux qui ont commencé à travailler très jeune ou qui ont exercé des métiers pénibles ?

Dans le domaine de l’éducation, Emmanuel Macron a fait, entre autres, deux propositions : rendre les professeurs et les chefs d’établissements scolaires plus libres et augmenter le salaire des enseignants sous réserve qu’ils augmentent leur activité.

Les enseignants français sont moins bien payés que leurs collègues européens. Ils ne font pas moins de travail. En revanche, ils ont en général de moins bonnes conditions de travail. Par exemple pas de bureau dans leur établissement pour travailler. Ils doivent acheter eux-mêmes ordinateur, imprimante, connexion internet, etc. Alors l’augmentation ne doit pas être conditionnée par plus de travail. Une telle mesure renforcerait vraisemblablement une rupture entre le président et le corps enseignant qui se sentirait une nouvelle fois pointé du doigt. Leur revalorisation est seulement la reconnaissance du travail qu’ils accomplissent.

Donner plus de liberté aux chefs d’établissement. On s’interroge pour savoir si derrière cette proposition floue ne se cache pas la volonté d’introduire la concurrence entre les écoles et la disparition d’une éducation véritablement nationale. Le défi, aujourd’hui, n’est pas de faire émerger quelques établissements champions mais d’assurer à tous les élèves et étudiants français le meilleur en matière d’éducation et de formation. Pour les enseignants, le recrutement au local ne garantit pas contre le favoritisme, etc. Il y aurait donc disparité entre les établissements pour les élèves et une instabilité du corps professoral, avec des déserts enseignants dans certaines zones.

Beaucoup de questions que notre pays doit affronter ne trouveront pas de solution dans le rêve de la start-up nation, mais dans le rassemblement de l’ensemble des Français ce qui nécessite de les écouter, de les entendre et de les associer aux décisions.

Le 24 avril, je voterai Emmanuel Macron.

Je soutiens et soutiendrai la politique européenne et internationale d’Emmanuel Macron.

J’attends du futur président, sans trop d’illusions mais j’espère être heureusement surpris, qu’il rassemble les Français. Mon engagement citoyen restera motivé par cette ambition.

Publié dans Actualités, Présidentielle 2022 | Commentaires fermés sur Un bulletin : Emmanuel Macron

Anne Hidalgo 2,5 %, Pourquoi ?

Comment Anne Hidalgo est-elle arrivée à 2,5% dans les sondages ?

Sa première annonce, en tant que candidate, a été le doublement du salaire des enseignants (870 000 en France) sans pouvoir dire combien cela coûterait. Personne n’a cru à cette promesse mais par cette déclaration, elle a montré qu’elle n’avait aucune idée du coût de son projet présidentiel. C’est un manque total de préparation. Pas de quoi donner confiance.

Elle avait promis lors des municipales de 2020 qu’elle ne serait pas candidate à la présidentielle. Finalement, elle est candidate. C’était donc un mensonge, ce qui n’est pas le meilleur démarrage pour une campagne.

Continuer la lecture
Publié dans Actualités, Présidentielle 2022 | Commentaires fermés sur Anne Hidalgo 2,5 %, Pourquoi ?

Présidentielle : Pour qui voter ?

Lors de précédentes élections, et notamment les européennes, l’argument de la paix n’apparaissait plus comme pertinent. Elle était acquise. La guerre déclenchée par la Russie et l’invasion de l’Ukraine nous montrent que ce n’est pas le cas.

La recherche de la paix et d’une sécurité européenne restaurée modifie totalement les conditions de l’élection présidentielle en France.

Les réactions, voire les postures, de la plupart des candidats montrent qu’hormis Emmanuel Macron, aucun n’est à la hauteur des enjeux d’une guerre aux portes de l’Union européenne.

Au-delà des faux prétextes avancés pour justifier l’invasion de l’Ukraine, la guerre menée par Vladimir Poutine est dirigée contre la démocratie, toutes les démocraties. Nous avons aussi entendu les menaces de guerre nucléaire de Vladimir Poutine s’adressant à l’ensemble des pays européens.

Les pays limitrophes de la Russie directement menacés savent qu’ils sont de prochaines cibles: les pays de la Baltique, la Georgie (déjà attaquée par la Russie), la Moldavie (déjà attaquée par la Russie). La Finlande et la Suède ont aussi été directement menacées d’agression armée par la Russie.

Aujourd’hui, l’Ukraine, la Moldavie et la Georgie demandent à rejoindre l’Union européenne dont elles partagent les valeurs et dont elles espèrent la protection. Ce n’est pas l’OTAN qui s’étend, ce sont ces pays qui veulent la rejoindre parce que la Russie leur fait peur, pas sans raison. Tous ces pays ont l’expérience de décennies de confrontation ou d’occupation par l’Union soviétique.

L’ambition impériale de Vladimir Poutine fait peser sur tout le continent la menace d’une guerre dont nous ne voulons pas imaginer à quoi elle pourrait aboutir.

Dans cette tourmente, Emmanuel Macron, comme président de la France, a su manifester l’opposition totale de notre pays à la guerre déclenchée par Poutine. Comme président de l’Union européenne, il a su parler au nom des 27 pour dire non à l’agression, pour apporter le soutien de l’Europe à l’Ukraine.

L’action européenne qu’il avait entreprise en Europe dans le cadre de la lutte contre la pandémie et pour l’adoption d’un plan de relance européen a fortement contribué à la politique d’union de l’Europe qui s’exprime à nouveau unie face à l’invasion de l’Ukraine.

Pour la première fois de son histoire, l’Europe s’est immédiatement rassemblée pour condamner l’invasion et décider des actions de soutien y compris d’envoi d’équipements militaires à l’Ukraine.

Emmanuel Macron a aussi su conserver un canal de dialogue avec le dictateur russe pour préparer un futur retour à la paix qui reste notre objectif à tous.

Je n’oublie pas les questions intérieures mais, aujourd’hui, notre première ambition doit d’être d’assurer le retour à la paix en Ukraine et la protection de l’Union européenne et de la France.

Des douze candidats de l’élection présidentielle, seul Emmanuel Macron a montré les capacités à fixer et conduire une politique susceptible d’atteindre ces objectifs.

Mon vote pour l’élection présidentielle est déterminé par cette nouvelle situation internationale. Je voterai pour Emmanuel Macron.

Ce vote n’implique évidemment aucune adhésion à son programme que nous ne connaissons d’ailleurs toujours pas.

Publié dans Actualités, Présidentielle 2022 | Commentaires fermés sur Présidentielle : Pour qui voter ?