Le port du masque obligatoire à Montrouge

A compter du lundi 10 août à 8h00, le port du masque devient obligatoire pour les personnes de plus de onze ans dans certaines voies ou espaces de Montrouge :

  • Rue Edmond Champeaud
  • Esplanade de l’hôtel de ville
  • Place Emile Cresp
  • Avenue de la République
  • Place de la Libération
  • Rue Victor Hugo
  • Place Jules Ferry
  • Avenue Jean Jaurès du n°1 à la place Jean Jaurès
  • Square des Etats-Unis
  • Square Metton

C’est un arrêté du 7 août 2020 de la préfecture des Hauts-de-Seine qui liste les voies et les espaces où le port du masque est obligatoire. L’arrêté est valable pour un mois. Le non-respect est sanctionné d’une amende de 135 €.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Le port du masque obligatoire à Montrouge

Non au stationnement payant des 2 roues motorisés

Manifestation de la Fédération Française des Motards en Colère ce samedi 18 juillet pour s’opposer au projet de la mairie de Paris de rendre payant le stationnement pour les 2 roues motorisés. Le tarif serait de 900 € par an, très dissuasif pour beaucoup de propriétaires de 2 roues.  

La politique des déplacements mise en œuvre par la mairie de Paris repose sur la discrimination des usagers selon leur mode de déplacement afin de les opposer les uns aux autres.

La politique des mobilités à Paris doit faire l’objet d’une concertation à l’automne mais les associations de 2 roues motorisés ne sont pas conviées.

La politique des déplacements à Paris ne peut pas être décidée par la seule majorité municipale. Paris est aussi capitale nationale et régionale. Il y a 2 millions de parisiens, et 10 millions de « banlieusards ». Nombre d’entre eux travaillent, font des achats, prennent des loisirs à Paris. Il faut aussi tenir compte d’eux.

Une ville « 100% vélo » est une illusion. 2 millions de Parisiens et 10 millions de banlieusards ne se convertiront pas tous au vélo, loin de là. Il faut donc organiser la cohabitation entre les différents modes de transport. Pour l’instant, la politique de la mairie montre une volonté d’écarter, voire d’exclure les usagers qui ne circulent pas à vélo : réductions des voies ouvertes aux voitures, fermetures complètes de rues aux voitures et 2 roues motorisés, suppressions de couloirs de bus.

Les politiques de mobilité, à Paris et ailleurs, doivent se discuter avec tous les acteurs parisiens et franciliens, sans exclure personne. L’espace public doit être partagé entre tous. Nous sommes d’ailleurs, à tour de rôle, piéton, utilisateur de transports en commun, automobiliste et pour certains utilisateurs de 2 roues.

Le 2 roues motorisé est une des réponses à la congestion et à la pollution des villes. Il doit être intégré dans les politiques de mobilité et non pas pénalisé, exclu. Ses représentants doivent être appelés à participer à la définition des politiques de mobilité à Paris et ailleurs.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Non au stationnement payant des 2 roues motorisés

La réforme du système de santé

« Nous avons lancé une très grande réforme de la santé, avant même la crise ». Emmanuel Macron, le 14 juillet 2020.

Décidément, le pouvoir semble aller de pair avec l’amnésie. Faut-il rappeler à notre président que cette réforme a été combattue par la plupart des professionnels de santé aussi bien dans le secteur public que dans le libéral ?

Faut-il rappeler au président que les professionnels de santé ont fait grève – à leur manière ave un simple badge « en grève » – et ont défilé pendant des mois pour protester contre la baisse des moyens humains et matériels à l’hôpital ? Mais ils n’ont pas été entendus.

Faut-il rappeler au président l’absence de moyens de protection basique pour les professionnels de santé hospitaliers et libéraux, pendant les premières semaines de l’épidémie ?

On peut s’interroger sur la nécessité d’organiser le Ségur de la santé si la réforme dite « d’organisation et de transformation du système de santé » était si pertinente, si efficace. Il faut aussi s’interroger sur la volonté du gouvernement de cantonner le Ségur de la santé au secteur public. Comme si les professionnels libéraux de la santé avaient été absents de la lutte contre le coronavirus. Sans doute ont-ils été sous-employés, c’est regrettable. Ils sont néanmoins intervenus dans la crise comme en témoigne la carte – publiée par le Quotidien du Médecin – des médecins libéraux contaminés, sans parler de ceux, nombreux, qui en sont morts.

Alors, non, il n’y a vraiment pas de quoi mettre la réforme du système de santé dans le volet positif d’un bilan.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur La réforme du système de santé

Un pacte avec les Français ?

Le président de la République considère qu’il a été élu pour mettre en œuvre un pacte comprenant des réformes du marché du travail, de la SNCF, des retraites, de l’école, etc.

Passons rapidement sur lesdites réformes qui n’avaient pas été annoncées dans leur contenu comme elles ont été mises en œuvre. Par exemple, l’école, personne ne nous avait dit que le dédoublement des classes de CP en zone prioritaire se feraient en surchargeant les autres CP.

En revanche, il faut rappeler au président que la moitié de ses électeurs, dont j’ai fait partie, n’ont pas voté pour lui, ni pour son pacte, mais contre Marine Le Pen.

Il faudrait que le président de la République le comprenne et en tienne compte. Sinon, le risque est grand que ceux qui ne veulent plus que leur vote anti- Front National soit utilisé pour faire une politique dont ils ne veulent pas (Chirac, Macron) ne finissent par s’abstenir.

Que les candidats à la prochaine élection présidentielle ne tablent pas sur un vote anti-Le Pen ou anti-Front National. Il faut qu’il regarde le recul de ce vote : 82,2% pour Chirac en 2002, 66,1% pour Macron en 2017. Un sondage donne 56% à Macron contre Le Pen au second tour de la présidentielle 2022. Un autre sondage donne accorde 55% à Macron.

Il serait temps de comprendre que le Front National, rebaptisé Rassemblement National, n’est plus la garantie de l’élection pour le candidat démocrate qui lui sera opposé.

Depuis 1983, date de la première campagne « réussie » du Front National en prenant la mairie de Dreux, la plupart des responsables politiques ont joué avec ce parti pour s’en servir de repoussoir. Si la lutte contre les idées du Front National est impérative, il est tout aussi indispensable que les partis politiques de l’arc démocratique préparent des programmes qui répondent aux attentes de tous les Français et, pour ceux qui sont élus, qu’ils respectent leurs promesses et leurs électeurs dans leur diversité.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Un pacte avec les Français ?

Le virus en vacances jusqu’au 1 août ?

Lors de l’interview qu’il a donnée le 14 juillet, le président de la République a déclaré à propos des masques : « nous allons observer la situation, mais nous mettre en situation de pouvoir, par exemple à partir du 1er août, le rendre totalement obligatoire. »

Doit-on comprendre que le coronavirus est en vacances jusqu’au 1er août ?  Bien évidemment non, le président lui-même ne le pense pas, mais il considère que « nous devons prévenir et nous préparer. »

Quelle préparation nécessite 15 jours pour annoncer qu’il est obligatoire de porter un masque dans les lieux publics clos ?

Si le masque est nécessaire, et plus que cela, indispensable, il ne faut pas attendre pour le rendre obligatoire. Le Gouvernement, et éventuellement le Parlement, doivent prendre leur responsabilité et décider vite.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Le virus en vacances jusqu’au 1 août ?

Masque obligatoire dans les lieux publics clos

Tribune : des médecins réclament «le masque obligatoire» dans les lieux publics clos – Le Parisien, 11 juillet 2020

Masqués mais en liberté !

« La première vague du Covid-19 est passée, avec toutes les conséquences humaines, économiques et sociales que nous connaissons. Pour nous tous, la tentation est grande et compréhensible de reprendre une vie normale, d’oublier le virus, de profiter de l’été, des plages, des soirées entre amis et de la proximité retrouvée. Malheureusement le virus, lui, ne nous oublie pas, et cherche encore à se répandre partout où il le peut. La moitié des habitants de la planète ont été confinés il y a peu, plus de 500 000 personnes sont décédées dans le monde dont 30 000 en France. Lire la suite de la tribune dans le Parisien

Les manifestations rassemblant de centaines ou des milliers de personnes se multiplient. Les organisateurs et les autorités semblent considérer que le rappel des mesures des prévention et le civisme de tous suffisent largement. Évidemment, non. Il faut rappeler que l’explosion de l’épidémie en France a commencé à Mulhouse avec un rassemblement religieux de quelques milliers de personnes. Il y a ces jours-ci des dizaines de réunions de ce type. Par exemple, le Puy du Fou en Vendée, à Nice le concert de The Avener, le 11 juillet, à Paris avec le feu d’artifice de la ville, pour le 14 juillet, etc.

Le meeting tenu par D. Trump à Tulsa Arizona le 21 juin dernier a fait l’objet de nombreuses critiques en raison du risque de propagation de l’épidémie qu’il représentait. Le nombre de Covid-19 déclarés à Tulsa a explosé 15 jours après le meeting. Nous sommes en train de faire les mêmes erreurs. Nous nions la réalité, nos ministres en tête.

Les signaux d’alerte sont là : le To, taux de contamination par personne, qui dépasse 1, soit le signe d’une augmentation de l’épidémie. Autres signes, les traces de coronavirus dans les eaux usées de Paris; le nombre de consultations pour suspicion de Covid.

Chacun est responsable de ses actes mais l’État est responsable de la sécurité sanitaire dans le pays. La responsabilité individuelle est manifestement en recul, l’État reste très passif. Ce manque de réaction laisse au coronavirus la possibilité de lancer une seconde vague. Le gouvernement refera-t-il les erreurs des mois de février et mars ? Maintien du match Lyon-Turin à Lyon le 26 février. Maintien de la campagne électorale et du 1er tour le 15 mars. L’expérience a montré qu’une fois la vague lancée, il faut plusieurs semaines pour la stopper.

Le gouvernement va-t-il prendre des mesures pour éviter la seconde vague ou attendra-t-il qu’elle soit là ?

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Masque obligatoire dans les lieux publics clos

Porter le masque

Avec le déconfinement, de plus en plus de personnes abandonnent le masque. Il ne sert plus à rien, il n’y a plus de virus.

Que le virus circule de moins en moins en France ne fait pas de doute. Mais qu’il ait disparu est une autre histoire. A Toulouse, après un repas de famille réunissant 50 personnes ces derniers jours, 10 ont été testées positives au coronavirus, en attendant le résultat des tests pour les 40 autres convives. Les participants pensaient, sans doute, être à l’abri puisque le Sud-Ouest a été relativement épargné par l’épidémie.

Autre raison pour ne pas porter de masque, il est difficile de respirer avec. Étant insuffisant respiratoire, je partage totalement cette appréciation. Néanmoins, je m’efforce de porter un masque chaque fois que nécessaire car s’il est difficile de respirer avec un masque, c’est encore plus difficile quand on a attrapé le COVID.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Porter le masque

Montrouge, le point Godwin est vite atteint

Le point Godwin est le moment où dans une discussion, faute d’argument, une personne jette l’anathème sur son ou ses interlocuteurs en les assimilant aux nazis, à Hitler, etc.

Un retweet de Juliette Méadel, candidate à l’élection municipale de Montrouge, en est une affligeante illustration.

Que dit le tweet émanant d’une candidate sur la liste de J. Méadel et reproduit par celle-ci ? Effacer un visage (l’auteur vise ceux qui recouvrent les affiches de J. Méadel) c’est une méthode de fasciste (rien de moins). Et comme si une première insulte ne suffisait pas, le tweet ajoute » comme le disait Simone Veil « vous ne me faites pas peur, vous n’êtes que des SS au petit pied ».

Décidément, l’auteur, autrice, du tweet n’a peur de rien « méthode de fascistes, SS » pour des gens qui recouvrent des affiches. Elle se couvre de la parole de Simone Veil qui, elle, avait quelques raisons d’utiliser une telle expression.

Je doute que celles et ceux qui écrivent ce genre de tweet aujourd’hui, ou qui les retweetent, aient vécu ce que Simone Veil a vécu.

Ce n’est en tous cas pas comme cela que les candidat(e)s aux élections relèveront le débat.

Par le passé, j’ai participé à de très nombreuses campagnes électorales à Montrouge comme militant ou comme candidat. Je n’avais encore jamais vu le débat électoral descendre aussi bas.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Montrouge, le point Godwin est vite atteint

« Plus aucune indulgence pour cette secte »

Habituellement, je ne reprends pas les messages écrits par d’autres mais, aujourd’hui, je déroge à cette habitude pour le message d’Axel Kahn, du 26 mai, publié sur Facebook.

« J’expose ce lundi sur France-Info quelques réflexions sur la crise de la Covid_19 et la Ségur de la santé. Multiples retransmissions dans la journée. Mais aussi expression d’un ras le bol ! Figurez-vous qu’un jour un très réputé dignitaire de l’infectiologie proposa, sur la foi d’une intuition ancrée dans sa pratique et après lecture de publications chinoises, un protocole thérapeutique. Soit. Il se dit tellement persuadé de la qualité de sa recette qu’elle ne nécessitait pas d’étude contrôlée. Pas soit. Ses résultats observationnels connus n’étaient cependant pas bons. Il vanta pourtant son approche. Avec succès. Le seul : ni dans les Bouches-du-Rhône, ni même dans la ville de Marseille, ni aux USA, ni au Brésil…les départements et pays ayant le plus suivi le protocole Raoult (son nom m’a échappé), les résultats ne furent bons. Le fantasque Bolsonaro fut le disciple le plus zélé. Pas de confinement, recommandation nationale de prendre le traitement en préventif. Un désastre. Et puis, en France, une secte bigarrée. Plus aucune indulgence pour cette secte, il faut la traiter comme telle. Ras le bol et indignation.39 commentaires ».

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur « Plus aucune indulgence pour cette secte »

Municipales, second tour en juin ?

Le second tour des élections municipales pourrait avoir lieu le dimanche 28 juin sous réserve des recommandations du Conseil scientifique.

Ils ont oublié le 1er tour

Certains élus considèrent que c’est possible puisque si on est capables d’ouvrir les écoles, les collèges, les lycées, les commerces, je ne vois pas au nom de quoi le deuxième tour ne pourrait pas se tenir en juin selon Christian Jacob, président des Républicains.

C’est ce même Christian Jacob qui, lors du premier tour, refusait, le 12 mars, le report de l’élection puisque si c’était le cas, c’est un coup d’Etat, c’est un coup de force institutionnel, c’est l’utilisation de la crise sanitaire pour éviter une débâcle électorale. Dans les jours qui suivirent, les cas de contamination au coronavirus et le nombre de morts explosaient.

D’autres élus, à l’image de Rémi Féraud, président du groupe PS au Conseil de Paris estime, tout en attendant l’avis du Conseil scientifique, que Oui, il n’aurait pas fallu tenir le premier tour dans les conditions où on l’a tenu. Cependant, il ne faut pas regarder l’épidémie dans le rétroviseur, mais en perspective. Avec des précautions comme le gel, les masques et les gestes barrières, on peut organiser un 2ème tour sécurisé en juin. C’est déjà ce que disait le Conseil scientifique et le Gouvernement lors du premier tour. On a vu le résultat. Des maires, des conseillers municipaux ont contractés le virus, certains en sont morts.

Ils osent

Enfin, des élus – Christian Estrosi de Nice, Anne Hidalgo de Paris, Martine Vassal de Marseille – osent lancer un appel « pour la fin du déconfinement de la démocratie » et tenir le second tour des élections dès le mois de juin au mépris de toute préoccupation sanitaire. Comme si la démocratie était en péril. Et comme si nous pouvions faire l’impasse sur les 27 000 morts en France, sans compter ceux des autres pays. On peut se demander si certains n’ont pas quelques arrières pensées politiciennes pour prendre une telle position.

Une étude, rapportée par Le Monde, conclut que la tenue des élections le 15 mars dernier n’a pas été un vecteur d’accélération de la transmission du virus même si des assesseurs ont pu être contaminés voire en mourir.

Ils n’ont pas oublié le 1er tour

Des élus locaux ont une toute autre vision. La raison, certains de leurs candidats ou de leurs militants ont bien contracté le virus et quelques-uns en sont morts. Il ne faut, en effet, pas oublier que les élections ne se résument pas aux deux tours de scrutin. Chaque journée de vote est précédée d’une campagne électorale durant laquelle les candidats et les militants qui les soutiennent vont à la rencontre des habitants sur les marchés, en faisant du porte-à-porte, dans les rues, etc. Et ce sont là, pendant plusieurs semaines, des centaines de milliers, des millions de contacts qui se font. Si les bureaux de vote peuvent être « relativement » sécurisés, il n’en est pas de même des milliers de campagnes électorales menées dans les villes.

Le principe de précaution

Personne ne sait s’il y aura une deuxième vague de contamination. En revanche, aujourd’hui, l’épidémie n’est pas éteinte. Maintenir le second tour est prendre un risque inutile. Reporter les élections à l’automne, voire l’an prochain ne mettra pas la démocratie en péril et permettra aux conseils municipaux qui n’ont pas été renouvelés le 15 mars dernier de fonctionner normalement.

Le principe de précaution dont se targuent beaucoup des élus demandeurs d’un second tour dès le mois de juin et la leçon du 1er tour devrait conduire à reporter les élections.

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur Municipales, second tour en juin ?